Chantier participatif
Banc Vivant !

Bancs vivants

À partir du jeudi 17 mars 2016
Campus Illberg – Mulhouse
Chantier participatif mené par Emmanuelle Guilbot, artiste-constructrice.


Vous souhaitez participer, plus d’infos : http://bit.ly/bancvivant

« Construite ensemble » est déjà une forme d’appropriation.

« Banc vivant ! » est une œuvre collective et participative. Construite par les usagers du campus, elle propose une autre manière d’habiter l’espace public. Composée d’un banc en châtaigner serpentant comme une sculpture végétale vivante, elle se termine par des paravents en saule et invite à la pause, au repos, à l’attente, à la rencontre, à la contemplation, au rêve….

Artiste-constructrice-meneuse de chantier artistique participatif, Emmanuelle Guilbot a débuté par une formation à la Maison de la Céramique de Mulhouse en 2002. Elle s’est forgé son expérience au travers de grands projets participatifs : « Construisez votre cabane », « Chantier enchanté » et « JarDingue ».

Son travail questionne la manière d’habiter l’espace public et propose une forme conviviale d’occupation de cet espace.


Contexte de la commande « Banc Vivant ! »
L’Université de Haute-Alsace est certifiée ISO 50001.
Le développement durable prend racine dans la pensée écologique en lui donnant une forme possible de mise en œuvre dans notre société.
Voulant conjuguer trois grands pôles – l’économie, le social et l’environnement – le développement durable propose de nouvelles pistes d’agir ensemble.
Au sein de l’UHA, ces pistes ont été déterminées par un travail de consultation entre les différents usagers.
La commande de ce travail artistique a pour but de rendre visible cette nouvelle démarche de développement durable en faisant en sorte qu’un plus grand nombre d’usagers y adhère.

La démarche
« L’œuvre artistique s’inscrit pour moi, dans un processus : elle est à la fois projet, mise en œuvre et matérialisation. Elle est souvent ouverte, lors de sa matérialisation, à l’autre : passants, participants. Ce caractère « participatif » entraîne un partage du pouvoir dans la prise de décisions. C’est ce processus qui donne vie à une œuvre collective.
Finalement, l’œuvre finale est aussi le résultat des relations et des interactions produites.
Mon choix de matériaux est tourné vers la nature : bois, terre, paille, plantes… ceux-ci ont leur propres mises en œuvre et contraintes liées à leur singularité.
Ces matériaux, lorsqu’ils sont utilisés « vivants » comme c’est le cas dans cette proposition, appartiennent à un cycle naturel primordial à respecter pour une bonne utilisation. Cette contrainte nous permet de nous replacer au cœur de la nature et de redéfinir notre rapport avec celle-ci. »
Emmanuelle Guilbot
partenaires-bancs